En images...


J'ai bien révisé pendant l'hiver. Tout est près pour que la saison 2007, je sois moins désemparé en situation orageuse !
Et j'ai fais l'acquisition d'un outil indispensable en cours d'année : un reflex numérique, qui va complètement bouleverser mes chasses.





Front de rafale sur Paris au passage d'une averse orageuse faiblement grêligène - 8 février



Les orages auront commencé précocément cette année, avec les premiers assauts dès le mois de janvier ! Ma saison commence avec l'arrivée des premières averses orageuses de giboulées. Ces averses ont donné un peu de grêle et se sont annoncées avec l'arrivée de ce petit front de rafale !
Le premier de l'année ! Qu'est ce que c'est bon !!



Les premières belles lumières s'annoncent également... Ici la traine de cette averse avec quelques trouées ensoleillées qui commencent à apparaitre au dessus de Paris.


Chasse aux orages en Essonne Etampoise - 29 avril
Des orages ont enfin montré le bout de leur nez dans ce flux de sud-est un peu mou qui s'était installé sur la France. Parti en chasse avec ma fille Mirabelle (8 ans), nous avons écumé les orages de la Beauce Etampoise pendant une bonne partie de l'après-midi. Quelques beaux trophées en sont sortis, avec des monocellulaires isolés.




Les premières images sont réalisées depuis mon jardin : ça bourgeonne de partout ! Des pileus, de gros congestus, et sur Versailles, un gros système orageux se met en place.



Il est environ 16h30 quand je décide de partir en chasse. Mirabelle trépigne autant que moi à l'idée d'admirer peut être un beau son et lumière comme seule Mère Nature sait nous en concocter !
Nous partons pour les hauteurs d'Orgemont, d'où nous observons un orage en formation au sud.



Direction la Beauce Etampoise, autour de Puiselet, où nous faisons ce panoramique de bourgeonnements du nord-ouest au nord-est. Au sud, l'activité électrique s'intensifie et les premiers coups de foudre apparaissent : il faut aller voir de plus près !



Après nous être perdu un bon quart d'heure au fond du vallon de la Juine (à voir d'ailleurs, c'est plutôt sympathique), nous remontons sur Méréville. L'activité électrique de notre orage a faibli et la cellule orageuse est sur la fin. Un beau spectacle en tout cas, au milieu des champs.

Mais cette chasse ne s'arrête pas là ! De retour par Breux-Jouy (ben oui !), un nouvel orage nous attend plus au nord. Beaucoup de précipitations, il y aura d'ailleurs quelques innondations du côté d'Orsay ! Un positif tombera à moins de 2 km, effarant ! Retour rapide à la maison, cela devenait dangereux et nous n'étions pas très loin.

Cependant les choses ne pouvaient en rester là : à peine arrivé, je constate que l'orage toujours au nord s'est étendu. Et là, pile au dessus de mon jardin un énorme arcus est en train de se former ! Le premier que je parviens à identifier sans aucun doute ! Je ne tiens plus, je repars illico au nord de Cheptainville pour le photographier sous toutes les coutures.






De dessous, on voit nettement les griffes de la bête dirigées vers le sol, prêtes à le déchirer. Mais les rafales resteront très modérées localement.



Finalement, l'orage se décalera vers la limite des Yvelines et du Val d'Oise, où d'autres chasseurs s'en sont donnés à coeur joie ! Je me suis rendu compte trop tard de ce qu'il se préparait et n'y suis donc pas allé. Mais la saison ne faisait que commencer et de belles choses m'attendaient encore !

Chasse aux orages entre Versailles et le Perche - 30 avril
Des orages de flux d'est, pour changer ! Chasse aux monocellulaires d'une après-midi fort sympathique en compagnie de Henri BUFFETAUT, un autre chasseur d'orages de Versailles. La première en équipe !!
Les premiers éclairs capturés également, et même si la très médiocre qualité des prises ne m'autorise pas à les montrer ici, ces premières font beaucoup de bien !!



Cette séance commence sur le parvis du château de Versailles, où nous assistons au passage d'une petite et faible cellule orageuse.


C'est d'ailleurs un peu la configuration de l'ensemble des orages visibles alors. Cette seconde cellule avorte avant même d'arriver à maturité, mais son aspect nous interpelle : l'impression qu'une forte mais brêve poussée convective l'a provoquée !
A l'ouest le ciel bourgeonne de partout. Nous décidons donc de partir pour Dreux et la fôret de Rambouillet.





Nous stoppons en route le long de la N12, pour admirer la vue qui se livre à nous vers le sud-ouest.
Les affaires se précisent ! une belle enclume et une ligne d'alimentation sur le point d'exploser à son tour se présentent comme de bons augures sur les possibilités qui nous sont offertes si nous suivont cette direction.
Nous commençons donc notre descente en direction du Perche, qui nous mènera du secteur de la fôret de Senonches jusqu'à Mortagne-au-Perche.





Là, nous observerons plusieurs cellules orageuses, dont certaines délivreront une belle ambiance avec brumes basses et mammas (comme j'aime !), de belles lignes de congestion et un orage vespéral un peu plus électrique que les autres, mais malheureusement il faisait encore trop jour pour espérer enfermer un éclair dans un Coolpix 4300.
Sur le chemin du retour, un groupe de chasseurs des alentours de Chartres nous prévient de la mise en place de belles formations autour de Châteaudun. Nous finiront donc cette chasse avec un orage nocturne lointain. Trop lointains et peu intéressants photographiquement parlant, cela reste néanmoins mes premiers arcs électriques de l'année, bien plus tôt que les premiers de 2006. La saison commence vraiment très bien !


Chasse aux orages lors du passage d'un gros système orageux multicellulaire sur l'Ile de France - 04 mai
Comme bien souvent lors de la saison où les orages sévisent le plus, je rentre du travail au moment où un bel épisode orageux, encore dans un flux "tordu", de nord-est, survient ! C'est ce qu'il m'arrive ce 4 mai alors que je suis dans le RER de retour de Paris.
L'horizon nord et est est noir d'encre, c'est stupéfiant. Je me dis que je vais encore arriver trop tard ! Mais la chance va me sourire. Un beau front de rafale avec arcus va descendre en direction de la Beauce et me laisser le temps de le courser un moment, sans que je parvienne jamais à la rattraper cependant !
A peine arrivé chez moi, je saute sur mon matériel et pars en direction de la N20. Je m'arrête un instant en route pour quelques photos... Et me dis que tout compte fait, peut être ferais-je mieux d'aller au delà de la N20, vers un point de vue dégagé sur l'ouest que je connais, vers Breuillet... ce qui ne sera pas la meilleure décision à prendre, j'y reviendrais.




Le plafond nuageux et la lumière sont fantastiques ! Un contraste prononcé s'instaure entre les bases nuageuses tourmentées et très sombres au dessus de moi, et cette bouche de lumière solaire à l'ouest, douce et aux couleurs chaudes. Deux anti-mondes s'affontent et m'appellent, quelque part à quelques kilomètres devant moi.
Je repars donc rapidement, plein ouest pour tenter de rattraper et dépasser ce qui pourrait bien être un bel arcus ! Mais voila : je n'ai pas pris les routes les plus rapides et directes. Du coups je parviens à maintenir la distance, mais je ne la raccourci pas pour autant. Dourdan passe, et je me rends compte que la partie est mal engagée pour le rattraper.



Il me faut un point de vue totalement dégagé, que je puisse faire de beaux panoramiques du ventre du monstre, à défaut d'en entrevoir la gueule !
Direction le sud-ouest donc, Chartres, mais sans aller aussi loin. Je stoppe juste après le pont de l'A10 en sortie de Brethencourt, le long de la D116.
Et là, ce ne sont plus que des "ooohhhh !", des "aaaahhhhh !!!"... Magnifique spectacle : l'arrière du front de rafale barre, à relativement grande distance de moi, tout l'horizon du sud au nord et le Soleil embrase de ses rayons de fin de journée la ligne tourmentée du système orageux qui m'a avalé.
Voici quelques vues vers le nord et le nord-ouest... C'est beau !




Je me déplace encore de quelques km vers Ablis pour l'avoir bien de face...



Puis les pluies vont rapidement venir. Des coups de foudre clairsemés, quelques beaux internuageux, mais trop de pluie pour arriver à en choper un. Et je me retrouve vite dans la tourmente, si bien qu'il me faut repartir vers l'est plus près d'Etampes, pour trouver un point de vue au sec. Je parviendrai alors à photographier 2 coups de foudre et un rampant simultanés, mais trop lointains pour que la photo vaille réellement la peine. Mais cela fait toujours plaisir d'avoir réussi ce genre de prise de jour avec un petit coolpix 4300 !

Le joli mois de mai 2007, mais...
...Joliment bof en fait, du moins une fois passé ce 4 mai, il va falloir du temps avant de pouvoir rentrer victorieux d'une nouvelle chasse. Non pas que les orages ait été absents. Mais bien plutôt que je ne me sois pas débrouillé comme il se doit.
Le 13 mai tout d'abord, la France voit débarquer une ligne de grain dans un flux de sud-ouest très rapide.
Elle traversa l'Essonne en 20 minutes à peine ! J'ai mal anticipé mon coup, sorti trop tard, un début d'arcus entrevu entre 2 immeubles alors que je traversais Marolles en Hurepoix, une bonne averse et des rafales énergiques pendant 10 minutes... Puis plus rien, un grand Soleil ! Ahurissant !!
Cette chasse tournera court très vite, avec un bouchon sur la francilienne et l'impossibilité de rejoindre ce rouleau compresseur orageux.
J'en fut réduit à observer l'arrière de la ligne de cumulonimbus qui filaient sur le nord de la Seine et Marne, avec une enclume bien compacte et prometteuse.



Puis ce fut le tour d'un fort épisode orageux, le 25 mai. Un gros système orageux se mis en place sur l'Ile-de-France. Depuis plusieurs jours, je suivais les prévisions et les modèles concernant cette dégradation qui s'annonçait de forte ampleur. Mais rentré trop tard du travail, c'est en sortant du train au retour que je pris la douche du mois, avec une activité électrique intense et un énorme arcus, une fois de plus, qui souleva de gros nuages de poussière alors que j'arrivais en gare !
Déception...
Heureusement, le lendemain, une nouvelle grosse dégradation se profile sur les régions Centre, Bourgogne et Champagne-Est de la France. Il ne m'en faut pas plus pour me décider, d'autant qu'Henri et quelques autres souhaitent également y aller...
Ni une ni deux...

Chasse aux orages entre l'Auxerrois et Troyes - 26 mai
Départ un peu poussif avec mes 2 comparses, le temps de les trouver en gare de Massy-Palaiseau. Départ pour Montargis, où nous récupérons un quatrième laron, puis direction Auxerre. L'atmosphère est assez lourde, le ciel plutôt encombré de cumulonimbus et d'enclumes étirées par les forts vents d'altitude.
A plusieurs reprises, nous stoppons pour admirer l'évolution de la situation météo sur le trajet.
Nous tombons ainsi face à plusieurs petits orages dispersés, dont celui-ci, qui nous livre la face d'un arcus naissant.



Il nous paraît de plus en plus évident qu'une belle surprise nous attend. Le ciel prend une tournure de plus en plus menaçante, les petites pluies convectives éparses se font de plus en plus nombreuses, nous croisons à plusieurs reprises se qui ressemble beaucoup à des fronts de rafales en formation, parfois de petits arcus... Toute la masse d'air semble déstabilisée, et à l'éclosion d'un événement local semblent répondre alentour tout un tas de petites cellules encore pas organisées. Il faut absolument aller sur Auxerre, où il semble que tout va se jouer...
Et c'est bien ce qu'il se produit ! Alors que je rame au volant pour essayer de nous dégager de la galère routière en périphérie de la préfecture, un arcus magnifique se rapproche à une vitesse folle par le sud ! Au volant, je peux difficilement photographier, mais je profite de l'arrêt à un feu tricolore pour prendre quelques images, dont celle-ci :



Mes passagers se régalent et s'énervent contre cette circulation dense qui nous empêche de progresser. Ils en sortent cependant de belles images (à voir absolument sur les forums dédiés).
Enfin arrivé sur l'A6, direction Sens, nous sommes rejoints et engloutis par la masse nuageuse, très proche du sol. Des précipitations très soutenues et durables, des éclairs plutôt rapprochés et de violentes rafales vont nous empêcher de dépasser les 50-60 km/h pendant un moment.
Nous parvenons cependant à rattraper, puis dépasser l'arcus avant d'atteindre Sens. La vision de l'orage est splendide ! Il est gigantesque, nous décidons donc de poursuivre vers Troyes pour tenter de le voir arriver. Mais celui-ci nous rattrapera avant : nous serons contraints de nous arrêter en route pour profiter du spectacle.





L'arcus est en désagrégation, littéralement soufflé par le courant descendant visiblement très rapides. Notre course n'est cependant pas finie : il semble maintenant, grace à quelques contacts téléphoniques, que la situation soit toujours d'intérêt vers Troyes. Nous poursuivons donc notre route jusqu'à cette destination, puis décidons de partir au nord de la ville.
Nous nous posons enfin entre Saint Benoit sur Seine et Feuges, au milieu des champs et un peu en hauteur, d'où nous contemplons les derniers lambeaux du bel arcus qui nous avait mené presque jusqu'ici.



Mais une nouvelle surprise nous attend. Un petit cumulonimbus, au sud-est, étire une modeste enclume dans notre direction. Il semble qu'il s'agisse d'un orage cyclique, il se prolonge par épisodes vers nous, et fini par s'approcher suffisamment et dévoiler un dense rideaux de précipitations, peut-être même de la grêle :





Les bases nuageuses prennent un aspect intéressant : des volutes, une sorte de drapé, comme un voile doucement agité par la brise se dessine. D'un coup, l'un d'entre nous d'écrit : "Encore un arcus, là-bas !" Et oui, un nouvel arcus semble vouloir se former devant nos yeux ébahis ! Quelle journée, au moins 3 arcus au total !





Comme celui-ci se déplace, comme il se doit, très rapidement, et que nous voudrions bien le photographier au plus haut de sa forme, nous repartons vers le nord. Nous n'aurons pas à attendre longtemps : et tant mieux car la pluie va très vite gâcher la fête. Ce dévoreur de campagne passe devant nous, avec ses dents prêtes à mordre champs et villages, son souffle froid et fort, et précédant de peu une bonne douche bien drue.



Sur le retour, nous rencontrons un autre groupe de chasseurs venu des quatre coins de l'Ile de France également. Réunion dans une station service le long de l'autoroute à minuit, photo de groupe, bonne ambiance ! Retour à 3h du matin, crevé, mais content !


... et le 27 mai ! Petit front de rafale dans une traine active sur l'Essonne (91)

Et les choses n'en restent pas là !
Le lendemain après-midi, une traine avec de très belles lumières traverse l'Essonne du sud-ouest au nord-est. En promenade du côté de Ballancourt-sur-Essonne, je remarque rapidement l'arrivé au dessus d'Etampes d'un petit front de rafale. Sur la route du retour, quelques 10 minutes plus tard, je passe dessous. Il est assez impressionnant, avec un fort contratse et de belles colorations liées à un éclairage solaire assez bas par l'ouest.
Le temps d'aller chercher mon coolpix, et c'est parti ! Je ne le rattraperai pas cependant car il est assez rapide, mais un arrêt à proximité d'Echarcon me permet de l'admirer un moment :



Au retour, l'arriére des précipitations éclairées par le soleil me livre une belle représentation colorée, un arc-en-ciel double.



J'aurai finalement le temps de rentrer pour admirer les derniers passages nuageux, paisibles troupeaux vaporeux en comparaison du rouleau compresseur dantesque qui avait marqué l'introduction de cette séance photo.





Début juin, un changement majeur survient dans ma vie de photographe amateur : l'achat de mon premier reflex numérique, et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit d'un Nikon D70s.
C'est là que les choses changent définitivement pour mes chasses à l'orage... Alors, fini les photos au Coolpix 4300 ? Pas nécessairement. Cependant, force est d'avouer que mon nouvel outil va bouleverser ma façon de travailler la photo, et va vite devenir pour les chasses à l'orage mon appareil de prédilection. La raison en est simple et se passe de commentaire : les images en diront plus que de longue phrases. Je vous livre donc maintenant des images réalisées principalement avec ce nouveau boitier, même si de temps à autre, quelques images au coolpix apparaîtront au milieu.

Par ici donc pour ... mes chasses aux orages dès juin 2007...






Date de dernière mise à jour : le 28 février 2016.
Site compatible avec les navigateurs EI7, Firefox 3 et Chrome 5 et versions supérieures. Conception & réalisation Olivier BUHARD.
Optimisé pour un affichage en 1280 × 1000 px ou plus.

Le contenu de ce site est la propriété exclusive de l'auteur.
La copie, intégrale ou partielle de son contenu est soumise à autorisation.
Olivier BUHARD, 2006-2016 ©